Trésor découvert caché dans une dalle en Normandie 12_2014

Share
Embed
  • 
    Loading...
  • Published on:  12/24/2014
  • Après la transformation de l’ancien presbytère en logements et la réalisation de la nouvelle mairie à côté de la salle des rencontres, la municipalité maisoncelloise vient de lancer son troisième chantier : l’aménagement d’un logement type F3 à caractère social dans l’ancienne mairie.

    Dans ce bâtiment construit sur deux niveaux, le projet prévoit la création d’une cuisine-salle et d’une salle de bain au rez-de-chaussée, à la place de l’atelier municipal, et deux chambres au premier étage.

    La municipalité a confié une partie du gros œuvre à l’entreprise Bruneau Rénovation, de Thury-Harcourt, laquelle a attaqué le chantier de maçonnerie à la mi-décembre.

    37 pièces derrière la dalle de chaux

    C’est en effectuant des travaux de terrassement dans l’ancien atelier municipal, lundi 15 décembre, que Renaud Bruneau et son apprenti Quentin Duval ont découvert le trésor sous une dalle de chaux : des Napoléon, des 20 Francs Napoléon III, des pièces Louis Napoléon Bonaparte, des pièces du roi des Belges Léopold II. Au total, 37 pièces datées de 1848 à 1896, ainsi qu’une pièce romaine.

    « Comme la loi nous en fait l’obligation, nous avons contacté la Direction régionale des affaires culturelles pour officialiser la découverte et la transaction, indique le maire, Pascal Delaunay. La Drac nous a donné l’autorisation de sonder pour voir s’il n’y avait pas autre chose ».

    L’expert de l’hôtel des ventes de Bayeux est passé jeudi 18 décembre et a estimé la valeur totale des pièces entre 5 et 7.000 euros. « Comme on a retrouvé des pièces belges, on pense qu’un soldat aurait planqué son magot dans une jarre puisqu’on en a retrouvé des éclats », ajoute Pascal Delaunay.

    Mise en vente

    Les pièces devraient être vendues à l’hôtel des ventes de Bayeux l’an prochain, vraisemblablement au moment de Pâques. Sachant que la moitié du trésor revient à Renaud Bruneau qui partagera l’argent avec son apprenti. Quant à l’autre moitié, elle revient à la commune, mais « il appartiendra au conseil municipal de prendre une décision concernant la vente », précise le premier magistrat maisoncellois.

    En tout cas, voilà un beau cadeau de Noël. « C’est la deuxième fois en 8 ans que nous découvrons un trésor, se réjouit le jeune artisan. La fois précédente, c’était à Caen, sur un chantier de restauration rue Ecuyère. Là aussi c’était des pièces, mais en quantité beaucoup plus importante puisque la vente, en 2011, a atteint 100.000 euros ».

    Du coup, cette découverte a donné l’idée à des habitants du village de s’équiper d’un détecteur à métaux. Qui sait, il y a peut-être d’autres trésors cachés à Maisoncelles-Pelvey…
Loading...

Comment